07/08/2010

Un conseiller administratif qui rechausse sa casquette de syndicaliste

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que le conseiller administratif Pagani se permettait de retrouver ses anciennes amours en rechaussant sa casquette de syndicaliste le temps d’accompagner le cortège des syndicats lors du dépôt du référendum contre la loi d’ouverture des magasins.

Est-ce vraiment la place d’un conseiller administratif ou alors M.Pagani est-il en train de démissionner pour réintégrer les syndicats où il y tiendrait assurément une meilleure place. Va-t-on assister prochainement à des élections partielles en Ville de Genève.

Mais de qui le Sieur Pagani se moque-t-il. C’est comme, par exemple, si l’on voyait le Conseiller d’Etat Pierre-François Unger revêtir sa blouse blanche d’urgentiste et retourner opérer , le temps d’une urgence, aux HUG.

Cet acte de M. Pagani est bien la preuve qu’il n’a pas sa place au Conseil administratif de la Ville et qu’il est grand temps que le peuple se rendre compte que ce Monsieur n’a rien fait pour améliorer Genève durant son mandat.

Bien au contraire, il ne fait que bloquer par des recours toute construction de logements en ville. Il empêche ainsi les genevois de se loger ce qui les poussent à quitter Genève pour habiter en France voisine, spécialement les jeunes qui désirent s’installer.

Et maintenant, M. Pagani soutient un référendum qui est contre une dynamique qui n’a pour seul objectif celui d’ animer Genève et créer des emplois .

Comment peut-on souhaiter un développement de Genève qui génère de facto de la création d’emplois avec de tels blocages.

Il est grand temps pour la Ville de Genève d’avoir des conseillers administratifs qui oeuvrent pour une Genève du XXI ème siècle avec une vision de prospérité tant économique que financière qui permette ainsi de générer du social.

Fabienne Gautier, députée

Présidente de la Fédération du commerce genevois

10:19 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

J'avoue ne pas comprendre... est-ce parce qu'il est élu dans un exécutif qu'il doit arrêter d'avoir des idées politiques? Il devrait donc s'abstenir de participer au 1er mai? S'abstenir d'aller dans une manif ou de montrer son soutien à quelque cause qui lui tient à coeur?

J'ai rarement lu un argumentaire aussi bizarre... en plus d'être très mal écrit, votre texte insipide ne contient aucun argument solide sur le fond. Comme si c'était la Migros qui animait le centre-ville et pas les bistrots et cinémas qui ont disparu à cause de la spéculation et des multiplexes (Balexert) que le Parti Libéral a toujours encouragé...

Écrit par : Ethan | 07/08/2010

je ne partage pas les convictions politiques de mr.Pagani,mais sur ce point,je suis intraitable la situation actuelle doit etre mantenue .

Écrit par : chauffat | 07/08/2010

Vous avez raison, c'est comme si M. Muller continuait de soutenir la cause des promoteurs immobiliers, impensable !

Écrit par : ymac | 09/08/2010

Bonjour !

Eh oui Madame la "Libérale", visiblement peu de personnes vous suivent dans vos réflexions. Au fait, êtes-vous rendu compte que la pauvreté intellectuelle que vous argumentez et reproduisez au sein de votre clan libéral, nous a conduit droit vers un néo-libéralisme pervers dont vous en êtes, au même titre que nous tous, les premières victimes ?

Je pensais qu'être "libéral", c'était tout d'abord refuser la main mise de l'Etat sur l'économie. Pourtant vous n'êtes pas montés aux barricades quand notre Etat, manipulé par vos quelques riches copains vergogneux, à sauvé les fesses des banques et par conséquent ceux des petits commerces ou des boutiques de la Rue du Rhône. Rue qui, jour apès jour, est vendue aux multinationales du luxe qui ne font que lui creuser son trou de mort.

Comme nous sommes sensés vivre dans un pays démocratique, laissez à Monsieur Pagani ce qu'il lui reste, à tort ou à raison, celui de vivre pleinement ses convictions par rapport à votre système qui ne créera plus aucun emploi durable, même si les petits commerces comme le vôtre ouvrent jusqu'à 23h ou même toute la nuit. Au contraire, sera plutôt accentuée la pression sur les salaires, du fait qu'il vous sera possible de trouver des chômeurs qui seront d'accord de travailler tard le soir pour un salaire misérable. Mais peut être que pour vous un salaire "misérable" ne veut pas dire grand chose.

Bien à vous.

Crazyfinance

Écrit par : Crazyfinance | 09/08/2010

@détracteurs de Mme Gautier.

En politique suisse et genevoise, les conseillers administratifs, maires, conseillers d'Etat, ... une fois qu'ils sont élus doivent représenter "l'entier" de leur population et on un devoir de réserve en ce qui concerne les votations et indirectement les référendi.

Il ont le droit d'avoir leurs idées, les défendre dans le cadre de leur mission (ici, pour Rémy Pagani, il peut défendre ses idées dans ses projets, devant le CM, ...) mais, il est mal venu qu'il se montre devant les photographes pour défendre un référendum. Il a le droit de signer le référendum, comme chaque citoyen, mais il doit avoir un devoir de réserve lorsque celui-ci est déposé à la chancellerie.

Je rappelle, pour info, que la Ville a été condamné pour avoir fait de la publicité lors d'une votation en 2009.

Son attitude n'est pas catastrophique, mais déplacée. C'est tout.

Écrit par : Philippe C | 09/08/2010

Chère Madame,

Que M. Pagani ait sa place ou non, dans le cadre de la dépose de ce référendum, n'est pas très important ... Ce qui compte, c'est que la peuple genevois puisse s'exprimer sur cette volonté de la majorité du parlement que d'augmenter de façon drastique les horaires d'ouverture des magasins et donc que le débat puisse s'instaurer.

Une question qui me travaille passablement: Dans cette société où l'on se plaint de la "démission" des parents dans le cadre de l'éducation des enfants et des jeunes, qu'en sera-t-il lorsque les mêmes parents ne seront pas à la maison avant 21h00, et comment allons nous gérer l'accueil des plus jeunes dans des structures parascolaires qui devront de fait aussi augmenter leurs horaires ?

Pour ce qui en est de votre Fédération, on a comme l'impression qu'elle se limite à la représentation des gros et très gros commerces. Qu'en est-il alors des petits commerces et ceux de proximité?

Dans l'attente de cette prochaine votation, je me réjouis en tous les cas de pouvoir suivre cet important débat de société.

Boris Calame, Genève

Écrit par : Boris Calame | 09/08/2010

Les commentaires sont fermés.