12/09/2010

Révision de l'assurance chômage : pragmatisme du oui contre dogmatisme du non

Des prévisions chômage trop optimistes et voilà l'assurance-chômage plombée par un endettement de plus de 7 milliards. Comme l'impose la loi (LACI), des mesures correctives doivent donc être prises, faute de quoi c'est une augmentation automatique de 0,5% des cotisations qui entrera en vigueur.


C'est ainsi que la 4e révision de la LACI a vu le jour. Après de longs palabres aux Chambres fédérales, les positions initialement tranchées des uns - estimant la réforme trop timide - et des autres - la jugeant trop sévère - ont fini par se rejoindre pour aboutir à un projet mesuré, équilibré et intelligent. Fondé sur une symétrie des efforts entre les nouvelles recettes (augmentation de 2 à 2,2% de la cotisation base et introduction d'une contribution de solidarité temporaire de 1% sur les hauts salaires - + 646 mios en tout) et réaménagement des prestations (+ 622 mios), il permet de désendetter lentement mais sûrement l'assurance. Il requiert un effort de chacun, salarié, entreprise et chômeur. Néanmoins, les augmentations de cotisation, certes toujours désagréables, restent acceptables, tout comme la révision des prestations est raisonnable, car mesurée et ciblée en fonction du profil des personnes concernées.

Cela n'a pas suffit à éviter un référendum de la gauche et des syndicats. Ceux-ci, sans doute galvanisés par leur succès sur la LPP, avaient d'ailleurs pris leur décision bien avant que le projet final ne prenne forme.

Nous voterons donc sur ce projet le 26 septembre prochain. Au moment de glisser notre bulletin dans l'urne, prenons toutefois garde à l'effet boomerang. Car dire non à la réforme, c'est ouvrir la porte à une augmentation automatique de 0,5% des cotisations, sans qu'aucune mesure d'économie ne soit prise. Une situation dont personne ne sortira gagnant.  

Sauvons la LACI en votant OUI.

Fabienne Gautier, députée

21:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook