03/05/2011

Dire non au déclassement des Cherpines, c’est être irresponsable !

Il faut avouer que je ne comprends absolument pas la logique qui consiste à refuser la construction de 3’000 logements près du centre ville de Genève là où la majorité des personnes travaillent, à savoir plus de 190’000. Pour beaucoup d’entre elles, comme de très nombreux autres Genevois, elles doivent se loger dans le Canton de Vaud ou en France voisine, ce qui augmente encore plus le nombre de pendulaires et donc les kilomètres parcourus en voiture. Suivant les endroits, les transports publics y sont rares ou inexistants, ce qui génèrent des déplacements journaliers inévitables. S’opposer au déclassement des Cherpines n’est, à n’en point douter, ni écologique, ni conforme au respect du développement durable. Comment de nos jours peut-on refuser un déclassement de zone qui permettra de créer 3'000 logements, de surcroît dans un éco quartier, à 20 minutes du centre ville car complètement desservi par les transports publics. Pour moi, c’est irresponsable, pire, c’est faire fi des jeunes couples qui veulent fonder des familles, rester proches des leurs et ne pas s’expatrier pour se loger.

Voter OUI au déclassement des Cherpines le 15 mai prochain, c’est offrir une qualité de vie qui permettra de concilier vie familiale et vie professionnelle sans perdre de temps dans ses déplacements.

Fabienne Gautier, députée

21:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Madame la députée,

Le déclassement n'est rien d'autre qu'un chèque un blanc. C'est tout. Rien ne garantit que les constructions annoncées seront réalisées. Tout peut encore être bouleversé. Rien ne garanti que l'Etat pourra exercer le moindre contrôle quant au respect des besoins prépondérants de la population dès lors que l'avant projet de Constitution, approuvé par votre parti, supprime les règles de zones de développement qui permettent un certain respect des besoins de prépondérant de la population.

Une approbation conduira purement et simplement au final à la construction de logement de luxe.

Écrit par : CEDH | 04/05/2011

Dans la zone soumise au déclassement la nappe phréatique est très proche su sol. C'est une zone alluviale. On ne peut y construire plus d'un étage en sous-sol. les 7'718 places de parking prévues par le projet seront essentiellement des immeubles de plusieurs étages de parkings en hauteur, aux bords de la cité.
Je ne pense pas que cela soit digne d'un soi disant éco-quartier. Il y a tant d'autres endroits dans le canton où l'on peut bâtir, sans à avoir déclasser quelque terre agricole que ce soit. L'agriculture à Genève ne nourrit que 15 % de la population. Restreindre la surface cultivable, alors que l'on peut construire ailleur dans le canton, c'est irresponsable. Que l'on aille donc construire du côté de Cologny, Vésenaz, Vandoeuvres. Pourquoi ne pas déclasser de Golf de Cologny, si proche du centre-ville. La terre est-t-elle donc sacrée pour les plus grosses fortunes, pour qu'elles puissent mettre des petites balles dans des trous, à raison de milliers de francs de cotisations de club de golf. Aucune terre agricole ne devrait être déclassée. L'agriculture nourrit la population. Elle est vitale. La sacrifier, ça oui ce serait irresponsable.
Genève ne peut continuer a accueillir tous les habitants du monde, elle ne peut pas continuer à faire venir toutes les multinationales du monde qui viennent ici avec leurs employés, grands dévoreurs d'espace et de logements. MAINTENANT CA SUFFIT !
Préservons notre avenir alimentaire.
Merci et bonne journée.

Écrit par : Mme Zora Masé | 05/05/2011

Les commentaires sont fermés.