19/01/2014

La migration à l’épreuve des chiffres

 Votez NON à l'IN UDC sur l'immigration de masse le 9 février 2014


 

Le débat sur l’immigration est émotionnel, mais que disent les chiffres ? Selon l’Office fédéral des migrations, les nouveaux arrivés dans notre pays sont attirés par le marché du travail et non par le système social suisse. Preuve en est que près de la moitié des migrants (48,9%) viennent en Suisse pour y exercer un emploi. L’autre moitié migre dans notre pays en raison du regroupement familial, pour leur formation ou en tant que réfugiés. L’immigration a-t-elle profité à l’économie et aux résidents suisses ? Oui et depuis l’an 2000, notre pays s’est même distingué de ses voisins par un dynamisme de l’emploi. L’emploi s’est accru de 10% et, depuis 2002, la croissance de la population immigrée a contribué de manière substantielle à notre croissance. Le bilan de l’accord sur la libre circulation des personnes est donc positif, contrairement à ce qu’affirme l’initiative de l’UDC. Il n’est pas juste de penser que les salariés étrangers évincent les Suisses du marché de l’emploi. De nombreuses études ont mis en évidence que les travailleurs migrants s’intègrent en complément de l’offre résidante et qu’il n’y a par conséquent pas d’effet d’éviction. Vouloir limiter l’immigration pour protéger les travailleurs autochtones est un argument électoraliste. C’est aussi sans compter que ces personnes qui viennent vivre et travailler en Suisse dépensent tous les jours et participent au bon fonctionnement de notre économie, sans parler des impôts qu’elles paient. Cessons cette politique de l’autruche et réglons nos problèmes à l’épreuve des chiffres, sans se décharger sur un bouc émissaire.

Fabienne Gautier

présidente Fédération Commerce Genevois

11:16 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Et à l'épreuve des chiffres européens, cela donne: 60% des européens contre la libre circulation ainsi que 5'500 expulsions du territoire belge, d'européens français et hollandais qui abusaient de leurs prestations sociales. (Source Euronews entretien avec Viviane Redding)

Écrit par : Corélande | 19/01/2014

Ca commence vraiment à bien faire.

Écrit par : am | 19/01/2014

Comme après toute accélération en économie comme ailleurs arrive le moment ou il faut adopter une vitesse de croisière pour ne pas devoir freiner. Madame vous ne voulez pas ralentir grisée que vous êtes par la vitesse mais en cas d'accident serez vous toujours là pour nous vantez les bienfaits économiques de la libre circulation sans restriction. Vous indiquer vous-même dans vôtre billet les raisons de cette immigration sans supposer un seul instant qu'elles deviendront les causes des problèmes a venir. Vous ne parlez pas des sujets qui fâche comme le logement les transports l'insécurité le dumping salarial la santé des habitants qui dépend précisément des facteurs précédents. La politique de l'autruche c'est de ne pas vouloir regarder les obstacles qui arrivent et que d'autres études que les vôtres ont mis en évidence.

Écrit par : norbertmaendly | 19/01/2014

La moindre des choses que l'on puisse attendre d'un blogueur c'est d'accepter la critique.

Écrit par : norbertmaendly | 19/01/2014

Quelle naïveté et de la pure recopie de papiers préparés par les sbires de la FER.
Vraiment nul en argumentation votre Non à l'initiative de l'UDC!!

Écrit par : simonius | 19/01/2014

Les commentaires sont fermés.