23/02/2014

Quai Gustave Ador : bonne conduite !

Autant peut-on saluer la volonté de sécuriser les cyclistes et les piétons sur le quai Gustave Ador entre le Jardin Anglais et Baby Plage que les mesures prises par la DGT sont totalement incensées, à savoir instaurer une piste cyclable à double sens et augmenter inconsidérablement le nombre de feux rouges pour permettre aux piétons de traverser en tout temps !

Toute personne qui emprunte régulièrement le quai Gustave Ador constate que les cyclistes ne respectent jamais les feux rouges et sont le grand danger des piétons qui empruntent les passages cloutés. Alors augmenter le nombre des feux ne servira qu’à bloquer les voitures encore plus, créer des files et naturellement polluer. Mais le danger restera le même, danger qui est la crainte de la DGT d’ailleurs comme exprimé dans l’article de la TDG 22 février 2014.

 

Pour les cyclistes, le quai marchand des Eaux-Vives n’est-il pas assez large pour y prévoir une piste cyclable à double sens. Et pour les piétons, comme dans toutes les villes du monde, des passerelles ou des passages sous voie sont construits pour éviter de traverser des routes à forte circulation. Car il ne faut pas se leurrer tant qu’il n’y aura ni nouvelles traversées de la rade et du lac, ou l’une ou l’autre, les quais de Cologny et Gustave Ador resteront une pénétrante à forte circulation. Tout simplement les statistiques le prouvent.

 

On peut aussi saluer la volonté de la Ville de respecter les mesures contre le bruit en posant un revêtement phonoabsorbant, mais seulement en 2018 !!!!! A nouveau la Ville et l’Etat sont incapables de travailler ensemble. La DGT souhaite mettre ces mesures en place en 2014 et la Ville recommence tout en 2018. C’est prendre la population qui paie « pour des canards sauvages ».

 

Pour le surplus, dans ma fonction de présidente de la Fédération du Commerce genevois, j’ai encore plus de peine à comprendre pourquoi la DGT souhaite fermer l’accessibilité aux commerces des Eaux-Vives à toute leur clientèle des communes d’Arve et Lac : Collonge-Bellerive, Corsier, Anières, Hermance, Meinier, Gy alors même que ces commerces sont des petits commerces spécialisés dont cette clientèle est précieuse, simplement en fermant l’accessibilité à la rue des Eaux-Vives. Il y a plusieurs mois déjà que les représentants de ces communes ont demandé audience à la DGT qui reste morte. Une étude d’impact a-t-elle été faite par la DGT pour la perte du chiffre d’affaire de ces commerces par leur clientèle qui ira se servir ailleurs. En France voisine par exemple …. Ce que la DGT pousse à faire.

 

La DGT fait également fi de toutes ces personnes qui travaillent dans la région Rive- Eaux-Vives, qui louent à fort prix des places de parking dans les rues perpendiculaires au quai Gustave Ador et qui ne pourront plus accéder à leur parking qu’en allant tourner à la rue de la Scie pour revenir sur le quai. Que de pollution supplémentaire !

 

Beaucoup d'attentes de la part des électeurs du nouveau ministre de la mobilité qui espèrent que tout sera pris en compte avant de mettre ces mesures à exécution.

 

Fabienne Gautier,

 

Présidente de la FCG exerçant commerce aux Eaux-Vives

09:32 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Effectivement, tel qu'il est prévu, ce projet ne fera qu'aggraver les embouteillages et les problèmes d 'accès aux commerces du quartier des Eaux-Vives.

Enfin, une fois de plus, on ne peut déplorer le saucissonnage de la gestion de la circulation au centre-ville. Il existe une vision globale de réaménagement du quartier de Rive autour du futur parking des Clés-de-Rive. Tant que ce parking ne sera pas réalisé, les mesures prises dans les rues avoisinantes ne feront qu’entraver la circulation et la reporter ailleurs. C'est aussi pour cette raison qu'une traversée du lac (ou de le rade comme le souligne Mme Gautier) sont des mesures incontournables.

Enfin, la DGT doit prendre la mesure de ses responsabilités et ne pas céder systématiquement aux propositions de la Ville de Genève, dont on connaît bine la volonté d'entraver au maximum la circulation automobile sans tenir compte des reports de trafic sur le reste du réseau routier du centre.

Nathalie Hardyn

Écrit par : Nathalie Hardyn | 23/02/2014

Je peine à vous suivre Nathalie et Fabienne. Vous parlez de la DGT. Mais c'est qui le chef ?
Luc Barthassat a fait toute sa campagne sur le sujet de la mobilité et la fluidité retrouvée en ville. Il a fustigé les obstacles artificiels, il a cloué au pilori Mme Künzler. Alors, on a un patron à la DGT ou pas ?

Je vous rejoins sur la traversée. Bien que Nathalie soit forcément un peu timide puisqu'elle défendait avec tous les autres une traversée du lac.

Il faut maintenant foncer. Valider dans les urnes l'IN 152. Alors tout deviendra possible.

J'aimerais pouvoir compter sur vous !

Écrit par : Pierre Jenni | 23/02/2014

Je soutiens la création de feux pour permettre aux piétons de traverser en paix, mais pas tous les 50 mètres non plus.

Si cette folie de projet devait aller de l'avant, que les autorités sachent que l'objectif absolu de beaucoup de gens sera de les déloger de leurs postes, au plus vite. Et ne pas sourire trop fort, demandez à Mme Kunzler.

Écrit par : Danijol | 24/02/2014

Les commentaires sont fermés.